Words, words, words

Je cause, je cause, c'est (presque) tout ce que je sais faire

24 avril 2006

D'un léger agacement

    Vous avez peut-être entendu, ce matin, les journalistes de France Info annoncer avec tambours et trompettes que la Sorbonne avait rouvert, et que les étudiants étaient rentrés tranquillement en cours, malgré l'occupation de la fac début mars. Comme si les étudiants de Paris IV étaient les pires des rebelles. Mouarf.

    Y a quand même un truc que je voudrais souligner. L'occupation, elle a duré trois jours. Et la fac avait été fermée par le rectorat AVANT qu'il ne se passe quoi que ce soit. La veille de la fermeture de la fac, personnellement, je n'ai entendu aucun discours pro-blocage, aucun mot d'ordre de grève d'envergure, rien. Et le lendemain, pouf, fac fermée.

  Il n'y a quand même pas besoin d'être grand psychologue pour savoir que la meilleure facon de donner envie à des gens (et a fortiori quand il s'agit d'étudiants) de prendre d'assaut un lieu, c'est d'en faire une forteresse et d'en interdire l'accès. Vous excuserez la métaphore phonétique (on a les références qu'on peut), mais les consonnes qui font le plus de bruit, c'est les occlusives (celles qui impliquent un blocage complet du passage de l'air dans l'appareil phonatoire, et un relâchement violent ensuite, genre p/t/k/b/d/g en francais.), pas les fricatives (celles qui maintiennent un passage de l'air, quoique réduit, comme f, v, s, ch). Empêche un truc de passer, si vraiment il le veut, il y arrivera, et ca fera beaucoup plus de bordel que ce que ca aurait fait si tu n'avais pas collé des obstacles.

  Admettons même qu'il ait été nécessaire de fermer la Sorbonne après l'occupation, je ne vois pas pourquoi il était obligatoire de la maintenir fermée alors que les manifestations ont très vite quitté le 5° arrondissement (dès que la population du quartier a été doublée par l'afflux de CRS, et que la place de la Sorbonne a été utilisée comme garage des cars, et des voitures de police).
    Je suis déjà contre les blocages de facs quand ils sont menés par des étudiants, (pask'il faut voir le type de démocratie qui se pratique dans les AG étudiantes), mais quand c'est le Rectorat et la Préfecture de police qui décident de faire mousser le truc, en grossissant les dégats à l'intérieur de la Sorbonne (entre 500 000 et 1 millions d'euros de dégats, mais bien sûr...), ca me reste un peu en travers de la gorge. Parce qu'eux, ils n'ont rien à perdre dans l'histoire.
  Genre "La Sorbonne est un symbole de mai 68, il faut empêcher à tout prix que ca recommence, et si on peut s'en servir pour se faire mousser un peu, n'hésitons pas." (Comme si les enjeux de 68 avait quoi que ce soit à voir avec les histoires actuelles...)

  Bref. Donc ce matin (en fait non, deux jours après le début des vacances), la Sorbonne a rouvert ses portes. Pas de problème pour y entrer à 15h.

    Par contre, on a bien cru qu'on n'allait pas pouvoir sortir. Après la fin de notre cours, on a pris un café. La sortie la plus proche étant fermée (ca arrive parfois), nous nous sommes dirigés vers la cour d'honneur, où nous avons trouvé les portes closes itou. Et en fait, toutes les sorties étaient fermées. Ils voulaient pas nous laisser sortir!
    J'ai proposé qu'on balance un ou deux ordinateurs par la fenêtre, pour que des CRS soient envoyés pour nous faire sortir (eh, on demandait pas mieux nous :D)
  Enfin ils ont fini par rouvrir un battant de la porte principale, et on est passés au compte goutte, sans trop comprendre pourquoi on avait été retiendus. En sortant, on a croisé une trentaine de CRS, dont certains harnachés comme des mulets (ils devaient crever de chaud, les pôvres) sur la place de la Sorbonne. Quand je suis arrivée chez moi, madame la radio (heureusement qu'elle est là, celle là, elle est mieux renseignée que nous, qui étions à l'intérieur) a dit que les étudiants pro-blocages étaient dans la cour, et les CRS étaient en train de les mettre dehors. Donc visiblement, y a eu un échange, les gens qui voulaient sortir l'ont fait, et ceux qui voulaient rentrer (et bloquer), l'ont fait aussi. C'était bien la peine de nous faire chier. (Enfin les étudiants qui viennent jeter de l'huile sur le feu font chier aussi, je dis pas)

Posté par Mlle Moi à 22:20 - Mademoiselle Moi à l'école. - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • L'université rend con, je crois, des fois, que ce soit l'administration ou ses étudiants...

    Posté par Sissyneck, 24 avril 2006 à 23:00
  • "les consonnes qui font le plus de bruit, c'est les occlusives" Je m'en resservirai de celle-là

    Posté par zeugme, 25 avril 2006 à 01:23
  • Sissyneck: ouais malheureusement, y a pas qu'elle
    Zeugme: intoxiquée à la phonétique aarticulatoire, je plaide coupable

    Posté par Mlle Moi, 25 avril 2006 à 07:11
  • AAAAAAAAAAAAAAHHHHHH

    "J'ai proposé qu'on balance un ou deux ordinateurs par la fenêtre, pour que des CRS soient envoyés pour nous faire sortir (eh, on demandait pas mieux nous )"

    MAIS T'ES PAS FOLLE!!!!

    Posté par Coco, 25 avril 2006 à 12:21
  • Mo

    La Sorbonne occupée 3 semaines par une armée de CRS en armures quasi-médiévales - bah au moins ça leur aura donné l'occasion de la visiter une fois dans leur vie !

    Sinon, j'ai beaucoup aimé les bouquets de fleurs que les étudiant avaient pendu aux grilles mobiles de 3m de haut qui ceinturaient la fac.

    Posté par You, 25 avril 2006 à 13:35
  • Raaah, c'est plutôt sympa, l'actualité passée par le filet de la phonétique ;D

    Posté par Crooke, 25 avril 2006 à 19:15
  • Dommage ...

    ... que tu ne sois pas chargée de présenter le JT , ça nous changerait de toutes les conneries qu'on y entend ! ' et ça mettrait la phonétique à la mode dans les chaumières , zyva, ça se répandrait peut-être même dans le neuf-trois ?

    Posté par Gothic inside, 25 avril 2006 à 19:51
  • heu...
    Chier sur de l'huile sur le feu, c'est pas dangereux ça ?

    Posté par christian, 25 avril 2006 à 20:11
  • C'est de la merde frite quoi !

    Posté par christian, 25 avril 2006 à 20:12
  • Ou un beignet de merde !

    Posté par christian, 25 avril 2006 à 20:15
  • Coco: bah, tant que c'est pas le mien, qui passe par la fenetre :p

    You: oui, ca vous a tout de suite un petit air printanier

    Crooke: profites-en, paske je sais pas si je pourrai en faire souvent, des métaphores comme ca

    Gothic inside: murciii (la socio-phonétique du 9-3 offre plein de perspectives )

    Christian: ben oui, maintenant que j'y pense.. c'est ca que j'aurais du leur dire (damn!)

    Posté par Mlle Moi, 25 avril 2006 à 20:17
  • la fac défèque, quoi.
    Avec du feu et de l'huile.

    Posté par christian, 25 avril 2006 à 20:30
  • maintenant que j'y pense, avoir le feu au cul à l'huile, c'est pas cool !

    Posté par christian, 25 avril 2006 à 20:31
  • heu... sinon... tu y vas pour quoi à la fac ?
    uhuhuhuhuh

    Posté par christian, 25 avril 2006 à 20:32
  • à tours les étudiants à que ils sont moins cool (yeah man).
    Ils ont continués de bloquer la fac après l'annonce du retrait du cpe...

    Posté par Monsieur Camille, 28 avril 2006 à 20:42

Poster un commentaire