Words, words, words

Je cause, je cause, c'est (presque) tout ce que je sais faire

10 avril 2006

D'une lettre ouverte (ou rouge, d'énervement)

    Monsieur qui gratte dans mon grenier,

  J'ai conscience que je n'ai pas à me plaindre du bruit que toi et tes petits camarades avez fait pendant toute la journée, en tapant, raclant, grattant, shootant dans des morceaux de chez pas quoi qui rebondissent sur le sol (qui se trouve être mon plafond, je vois que tout le monde suit.). De la même façon que je n'ai pas ronchonné à haute voix quand mes voisins sud ont passé tout le week-end dans leur salle de bain (me demandez pas ce qu'ils faisaient, j'en sais rien, mais en tout cas, c'était une activité nécéssitant une quantité de flotte suffisante pour abreuver un troupeau d'éléphants.) De toute facon, j'aurais pas dû être chez moi, mais en train de bosser dans une bibliothèque quelconque, et donc, c'est bien fait pour moi, et tout et tout.

    Mais là, maintenant, il est dix heures et quart, et tu es encore en train de tapoter, et de racler chais pas quoi en faisant d'horribles bruits, du même genre que celui d'une craie crissant sur un tableau, que ca m'en fout de frissons tout le long du dos, et que ca me fait grincer des dents (à moins que ce soit les éléctions en Italie??). Je suis en train de me filer un torticolis à vérifier toutes les quinze secondes que tu n'as pas fini par percer le plafond juste au dessus ma gueule et que tes gravas ne vont pas tomber en plein sur mon petit clavier-chou-que-j'aime

    Si tu continues, ca risque d'entamer sérieusement nos bonnes relations, et je risque de mettre de la musique très fort, pour couvrir. Et je suis tentée de ressortir de derrière les fagots le fantastique morceau de techno que je mettais il y a quelques années pour faire fuire les dindes gloussantes stationnant sous mes fenêtres à une heure indue le vendredi soir. Le dormeur, ca s'appelle.

    Et c'est exactement ca que tu devrais faire, à cette heure-là. DODO, j'ai dit. (moi pas, par contre, vu que je me suis pas beaucoup fatiguée de la journée, je pète la forme, comme tous les soirs, depuis trois jours).
  Veuille, Monsieur qui gratte dans mon grenier, recevoir l'expression de ma respectueuse et néanmoins agacée, considération.

                                                                   Mademoiselle Soi-même.

Posté par Mlle Moi à 22:29 - Mademoiselle Moi en son chez-soi. - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Quand on écrit une lettre sur internet pour se plaindre de quelqu'un qui vit à moins de quinze mètres de l'endroit où l'on se trouve, il est définitivement temps de se poser certaines des grandes questions de la vie. Ou alors on peut faire une pétition en ligne. Au choix.

    Posté par zeugme, 11 avril 2006 à 05:11
  • Arf, au départ je croyais que c'était un petit rat bruyant... Mais en fait, c'est ton voisin qui a repris ses travaux ;D

    Eh vi, c'est le printemps. On reprend la perceuse...

    Posté par Crooke, 11 avril 2006 à 08:46
  • Zeugme: c'est la catharsis qui me permet d'avoir l'air gentille et pas ronchon aux yeux de mes voisins

    Crooke: chais pas ce qu'ils font, pask'ils grattent comme ca dans le grenier régulièrement depuis l'an dernier.. je pensais que c'était des travaux d'isolation, mais je commence à avoir des doutes

    Posté par Mlle Moi, 11 avril 2006 à 09:04
  • comme j'aime

    quand mademoiselle soi-même se met en colère !

    Posté par Enn', 11 avril 2006 à 15:31
  • En colère, en colère, n'exagérons pas un petit peu énervée, c'est tout

    Posté par Mlle Moi, 11 avril 2006 à 20:04
  • Roooh...

    Fait lui une belle tarte à la crème (que tu aura préparée avec amÛr!). Monte et frappe à sa porte avec un grand sourire (d'amÛr). Quand il ouvre, tu lui dis "bonjour". Il répondra "bonjour! oh la belle tarte à la crème préparée avec amÛr! C'est pour moi?"

    Et la, tu lui dis oui, et pan... La tarte à la crème dans sa gueule d'amÛr!

    Je vois trop le truc déssiné par Gotlib

    PS: Vous connaissez l'histoire du fou qui repeint son plafond?

    Posté par Coco, 11 avril 2006 à 23:09
  • Heureusement, ça ne m'empêche pas de dormir...

    Posté par STV., 13 avril 2006 à 10:43
  • AH VIVRE SUR UNE ILE DESERTE !

    L'horreur c'est les autres c'est bien connu. Entre le connard qui tond sa pelouse le dimanche car il est au dessus des lois, de la femelle qui gueule sur ses gosses, des moutards qui braillent en jouant au foot, des invités qui s'époumonent autour d'un barbecue, du voisin qui joue de la perceuse, de la racaille qui fait 10 fois le tour du pâté de maison avec sa pétrolette bien bruyante y'a de quoi devenir dingues. MOI JE HAIS LES GENS.

    Posté par MYLENE, 01 juillet 2013 à 12:15

Poster un commentaire